7- De Llahuar à Sangalle

gifs-animes-fleches-106.gif Lundi 22 juillet gifs-animes-fleches-107.gif

Où va-t-on ?

Réveil vers 6h30, en bonne forme. Passage express à la salle de bain, la fraîcheur ne nous incite pas du tout à y passer des heures ! Petit déjeuner avec vue sur la rivière et le soleil levant derrière les montagnes. Le bonheur ! Au menu, pancakes, confiture, thé et jus de fruits.

Nous discutons avec le groupe de campeurs britanniques que nous avions aperçus depuis le mirador hier, ainsi qu'avec des Suisses montées sur Fure hier. La voie vers Fure pose vraiment problème : éboulis, chemins glissants, bref, on ne peut envisager d'y monter. Les Britanniques marchent avec un guide qui nous confirme que la voie vers Sangalle est sans danger et que la remontée Sangalle-Cabanaconde est faisable selon ses autres copains guides, même si des passages sont encombrés par les pierres tombées.

Et oui, il ne s'agit pas de s'aventurer sur Sangalle si la remontée pour Cabanaconde n'est pas ouverte. Tous confirment que la voie plus lointaine vers San Juan de Chucho est celle qui pose le plus problème. Concertation familiale et nous décidons de partir pour Sangalle, emboîtant le pas aux Britanniques.

De Llahuar à Sangalle

Nous quittons Llahuar vers 8h30 ; c'est parti pour 4 à 5h de marche. Les 1ères minutes sont bien douloureuses dans les jambes, d'autant que la pente est raide. Petit à petit nous prenons le rythme et remontons tranquillement le canyon.

Jolies coulées de pierres de l'autre côté du canyon.

Encore des chutes de pierres !

Nous traversons le village de Paccla et faisons une pause photos et ravitaillement au mirador d'Apacheta. Thom en profite pour panser ses cloques qui le font bien souffrir aujourd'hui.

On aperçoit sur la gauche le chemin qui nous attend...

Beaucoup plus facile ! Une sorte de faux plat avec la rivière en contrebas.
Toute liberté est laissée aux papotages...

Sur le flanc opposé, on devine le chemin qu'il nous faudra emprunter demain pour remonter sur Cabanaconde. Raide, telle est notre conclusion !

Sangalle semble nous tendre les bras, mais nous en sommes encore loin !

Le plan indique un chemin partant de cette route et descendant directement sur Sangalle sans passer par Malata. Nous pensons le trouver et nous engageons  sur un sentier qui nous conduit rapidement au milieu des cactus.  Joli certes, mais hyper stressant : une glissade et nous serions épinglés sur un cactus ! Un vilain cactus aux très longues épines, juste posé sur le sol, s'épinglera tout seul dans la cheville de Camille. Ses épines sont dures et enfoncées profondément dans la peau. Impossible de se débarrasser de l'intrus à la main, nous aurons recours à la pince à épiler. Camille est soulagée une fois l'intrus éliminé ; par chance les épines n'ont laissé aucune douleur.

Après quelque galère nous rejoignons le chemin menant à Sangalle.

 Pont et rivière en vue, ouf !

Un autre paradis nous attend

Roberto nous a conseillé d'aller chez la Señora Nieves, et y a normalement réservé des chambres pour nous. Nous passons d'abord devant les autres lodges, et nous posons finalement à 13h15 au Paraiso Lodge, accueillis par la Señora Nieves. Nous aurons donc marché pendant près de 5h avec 25' de pause.

Le cadre est très sympa et l'étendue d'herbe parfaite pour nous pique-niquer. Nous avons 2 bungalows côte à côte.

Les sanitaires

Nous passons à l'eau t-shirts et chaussettes, particulièrement "humides" après cette journée et nous posons près de la piscine. Il est 15h et le soleil nous quitte déjà : pas de bain, nous nous contenterons d'une douche bien fraîche et passons en mode relax pour le reste de l'après-midi.

La nuit tombe dès 17h30, rendant la soirée interminable, d'autant qu'il n'y a pas d'électricité dans les bungalows, que le froid s'installe et que nos estomacs tirent ! Nous bouquinons dans la "salle à manger" et à 19h nous voilà servis : soupe d'asperges et pâtes au pesto. Infusion pour terminer le repas, parfait. Sans déroger à nos habitudes, nous sommes au lit avant 21h. Il fait bon dans le bungalow et tout est calme… doux rêves en vue. 

gifs-animes-fleches-106.gif  gifs-animes-fleches-107.gif

Commentaires (5)

chrisssine
  • 1. chrisssine | 24 Sept 2013

bonsoir
superbe site ! nous avions échangé quelques emails il y a trois ans quand je préparais mon voyage en Grèce (à Tinos notamment) avec ma famille. nous y avons passé de superbes vacances. Et notre logement (le même que le votre) était top. Depuis, nous avons découvert la Norvège et la Turquie. Si tu veux que je t'en parle, n'hésite pas.
PS : ces photos sont superbes et m'évoquent le souvenir d'un voyage déjà un peu ancien. J'avais adoré le Pérou et la Bolivie et y retournerais bien, avec enfants cette fois...

SOLDAT
  • 2. SOLDAT | 05 Mars 2017

Super intéressant!
Nous faisons le trekk de Canyon del Colca cet été à 9! (4 enfants de 10 à 15 ans) .Auriez-vous une carte détaillée et quelques petits conseils à nous prodiguer? Nous faisons Cabanaconde/Llahuar/Oasis de Sangalle/retour Cabanaconde! Merci! :)

izabzh

Bonjour Soldat ;-)
Ce qui me vient de suite à l'esprit sur le trek de Colca c'est la capacité d'hébergement sur Llahuar. Nous avions "réservé" le matin même de notre descente en prévenant notre hôte que nous descendions sur Llhahuar, mais nous n'étions que 5. De mémoire il n'y avait pas énormément de chambres / lits. Peut-être faudrait-il vous renseigner quelques jours avant pour être sûr d'être logés une fois en bas. Je ne connais pas du tout la capacité d'accueil de ce site et ne peux malheureusement que soulever la question.
-Pensez à prendre de l'eau en quantité suffisante pour la descente. Ensuite, il vous faudra traiter l'eau avec des pastilles pour pouvoir la consommer.
-Ne vous chargez pas trop ! La remontée Oasis-Cabanaconde est physique et la charge ne facilite pas les choses.
-Des draps de soie (sacs à viande) sont bien appréciables comme apport supplémentaire de chaleur la nuit, mais aussi pour des questions d'hygiène...
Bonne balade à tous !
Isabelle

Caroline
  • 4. Caroline | 18 Mars 2017

Me revoilà !!!
Toujours bien inspirée par votre blog, j'envisage également de faire le même parcours que vous dans le canyon.
J'ai lu que le passage par Llahuar était bien moins touristique que celui qui passe par San Juan.
Par contre, je suis inquiète quant à la faisabilité du parcours, pas pour mes hommes mais pour moi car je ne suis pas une grande sportive !
Par contre, j'aime marcher, j'ai l'habitude des voyages sacs à dos et de faire quelques randonnées (Borneo, mont Batur, Jordanie ...) mais j'ai le genou sensible, j'ai peur que la descente du premier les achève...
Qu'en pensez vous?

Merci d'avance Isabelle

izabzh

Bonjour Caroline,
Comme je le raconte dans notre récit, la descente du 1er jour est éprouvante pour les genoux. Nous avions démarré la descente plus tard que prévu, nous avions donc pris un bon rythme de descente et cela n'a pas du aider... Il serait sans doute dommage de se priver de la descente par Llahuar, mais pas à tout prix non plus. Evaluez bien votre forme physique avant de vous engager, et prenez votre temps...
Bon voyage
Isabelle

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 10 Oct 2016

×